La montre de collection

Aujourd’hui Passion Du Patrimoine vous fait découvrir un nouvel investissement passion / plaisir.

Nous allons nous intéresser à un objet agréable qui nous entoure tous les jours de manière automatique, sans même se rendre compte que ce dernier peut se targuer d’être un investissement qui allie passion, plaisir mais aussi rentabilité : Vous aurez sûrement reconnue LA MONTRE,

Plus précisément les montres de collections, celles qui traversent les temps et les fuseaux horaires sans même subir l’effet rétroactif des minutes qui la traverse, celle qui sont dotée d’une technicité à forte valeur ajoutée et sont confectionnée par des maitres horlogers amoureux de leur métier et des bijoux intemporels qu’ils façonnent.
Aujourd’hui le marché est sain et les données facilement vérifiables et identifiables, les pièces quant à elles sont traçables et le nombre fabriqué connu. Il est donc peu probable que ce marché s’écroule, car la demande est croissante et l’offre est par définition arrêtée.

À travers cette fiche nous aborderons les questions essentielles à se poser avant d’acquérir une montre de collection, mais aussi quels en sont les prix et les modes d’achat qu’il faut privilégier,
Cet objet s’harmonise parfaitement avec l’idée de vous faire découvrir des placements toujours plus originaux qui répondent à nos valeurs, Les montres représentent donc une véritable alternative aux placements classique connues de tous tout en étant une manière d’allier l’utile à l’agréable avec bien entendu une plus-value financière non négligeable.

Préambule :

La montre est un objet dont la valeur culturelle et patrimoniale échappe aux modes, sa valeur augmente à mesure qu’elle égrène le temps. Les œuvres d’art, les bijoux, les pierres précieuses, les montres de collection font ainsi figure de valeurs refuges dans des économies plus volatils.

En effet, le marché de la montre haut de gamme ‘’principalement suisse’’ connaît une santé plutôt florissante depuis quelques années, on assiste, parallèlement, à une forte croissance des ventes du côté de la montre d’occasion. Mais entre les modèles modernes, les modèles vintages, les marques, les mouvements, les ventes aux enchères ou les boutiques spécialisées, le néophyte ne s’y retrouve pas toujours.

Il existe alors plusieurs solutions pour essayer de comprendre cet investissement plaisir, c’est ce que nous allons analyser dans cette fiche passion dédiée aux montres de collection.

Fonctionnement :

Simple objet du quotidien, la montre peut aussi se révéler un placement très rentable, voire un moyen de réduire votre ISF à l’image des œuvres d’art. Plutôt que d’acheter une montre neuve onéreuse qui perd une grosse partie de sa valeur dès la sortie du magasin et l’insertion autour de votre poignet, investir dans une montre ancienne de collection est un excellent moyen de joindre l’utile à l’agréable.

Les modes d’achats :

Il existe principalement trois cas de figure :

  • Dans le premier, une personne est désireuse, suite à une campagne d’information sur le sujet, de placer son argent dans une pièce horlogère de valeur. Si cette personne n’est pas experte, au sens le plus technique du terme, il vaut mieux pour elle faire appel à un vrai professionnel. C’est-à-dire, quitte à perdre quelques centaines d’euros, qu’elle achète sa pièce chez un revendeur professionnel digne de ce nom. Ce dernier pourra ainsi la conseiller sur le modèle à acheter, combien de temps la garder, etc.
  • Second cas de figure, la personne est passionnée et davantage intéressée par l’acquisition d’une pièce de collection qui va la faire « vibrer », que par l’intérêt spéculatif de la chose. Elle n’a pas de moyens énormes et une montre à un prix assez intéressant se propose à elle. Ici, hors de question d’acheter à un particulier sans les connaissances requises et encore moins par correspondance. Si le vendeur est honnête et n’a pas de doute sur la qualité de la montre, alors il acceptera de clore la transaction via un tiers. Il est possible de trouver des professionnels qui voudront bien regarder cette montre et donner leur avis. C’est toujours pour eux l’opportunité de faire connaissance avec un nouveau client potentiel. Les premières (Artcurial à Paris ou Antiquorum à Genève par exemple) permettent d’économiser la marge des détaillants avec tous les aléas que cela comporte (incertitude quant aux prix, précipitation dans la prise de décision, problème de douane et de TVA en cas d’achat à l’étranger). Ce sont des ventes aux enchères pour les montres.
  •  En dernier point existe aussi  les ventes aux enchères, avec tous les aléas que cela comporte  comme l’incertitude par rapport au prix, précipitation dans la prise de décision, problème de douanes, car les ventes sont généralement hors Union Européenne, frais conséquents pour l’acheteur

Éviter les modes :

Comme dans l’art, il semble nécessaire d’éviter les modes. En ce moment, les Rolex Daytona Vintage sont très recherchées, comme tous les modèles à tourbillon, cette complication héritée de l’époque des montres de poche qui subissaient l’effet de la gravité. Mieux vaut donc regarder du côté des Patek Philippe de la fin des années 50 avec des boîtiers en forme rectangulaire, dont le prix démarre à 10.000 euros. On peut aussi investir dans des montres qui donnent l’heure de façon originale comme la Mercator de Vacheron Constantin. Enfin, regardez celles qui ont un chronomètre de précision. Cette complication devrait être très recherchée dans les 5 prochaines années.

Garantie totale d’authenticité :

Dans tous les cas, il faut vérifier attentivement l’état de la montre, car sur les modèles anciens les réparations peuvent coûter très cher, il convient aussi d’exiger le certificat d’authenticité qui indique la provenance de l’objet. Idéalement, il est conseillé de n’acheter que dans le cadre d’une garantie totale d’authenticité.
Une fois la montre en votre possession, assurez-la, faites la réviser tous les 5 à 7 ans.

La durée conseillée :

Le délai d’investissement moyen observé est de minimum 8 à 10 ans. Tout dépends de la montre achetée et de son prix, un conseil de spécialiste sera néanmoins un vrai plus pour tout achat de montre de collection, il existe des cotes de l’occasion pour connaitre au fur et à mesure l’estimation de votre montre et si sa cote augmente ou diminue, néanmoins vous pouvez vous rendre chez un spécialiste horloger pour avoir connaissance de la valeur exacte de votre montre au fil du temps, il vous donnera, les conseils, utiles afin de garder votre montre en bon état en vue d’une éventuelle vente future afin d’en tirer une plus-value la plus grande possible.

Cible :

C’est un investissement à réserver à des investisseurs passionnés et avertis. Il faut également rappeler qu’à défaut d’être un investissement très rentable, les montres restent un produit de plaisir et de passion que l’on peut utiliser tous les jours, contrairement à un placement basique

Les risques :

Il est évidant que pour se lancer dans cet investissement, la connaissance des produits et du marché est élémentaire et primordiale, mais même avec des connaissances pointues dans le domaine il existe plusieurs risques :

Achat d’une montre sans garantie totale d’authenticité qui s’avérerait être par la suite une copie conforme de la vraie → Vente impossible donc perte totale de rendement.

L’achat d’une montre qui ne serait pas valorisée par sa vieillesse subirait une vente délicate et  peu valorisante en terme de plus-value.

Comme vous le savez, l’achat d’une montre relève d’un investissement physique et non immatériel comme une assurance vie, le risque de casse, de vol, de perte est donc bien présent, il en incombe donc de rester vigilant et soigneux envers l’objet.

Les prix :

L’accroissement de la demande, tirée par l’émergence de nouvelles clientèles venues de Chine ou de Russie, pour ce type d’objets dont l’offre est par définition limitée s’est traduit depuis début 2000 par une envolée des prix.
Même si le ticket d’entrée dans l’univers des montres de luxe et d’occasion est à la portée des seuls investisseurs passionnés et fortunés, il est possible d’acheter des montres classiques « bon marché » à partir de 2000 euros.
La valeur des meilleurs collectors a augmenté de 200% à 300% en l’espace de cinq ans. En clair, un collectionneur qui avait déboursé 100.000 euros en 2000 pour une Patek Philippe 2499 peut en espérer aujourd’hui environ 300.000 euros. De même une Rolex Daytona vintage, portée en autres par, Paul Newman s’échangeait en 2000 pour 15.000 euros et vaut aujourd’hui plus 45.000 euros.

Le secteur ne subit pas les évolutions chaotiques de l’économie :

Le marché a bien sûr été affecté par la crise. William Rohr, directeur opérationnel d’Antiquorum, la maison de ventes genevoises leader dans le domaine des montres, a évoqué une baisse des prix de 15% en moyenne à l’occasion de la vente de mars 2009. Néanmoins le secteur ne subit pas les évolutions chaotiques de l’économie au même titre que l’art contemporain par exemple. Ces belles petites machines, qui valent par leurs complications, sont considérées comme des valeurs sûres. Pour Romain Rea, expert pour Artcurial, spécialiste des ventes aux enchères à Paris, l’intérêt de l’investissement dans une montre de collection – c’est-à-dire fabriquée il y a plus de vingt ans – est qu’il permet de ne pas perdre d’argent.

Avantage fiscal :

Chacun traverse les frontières avec sa montre au poignet sans jamais se poser la moindre question sur les conséquences juridiques et fiscales.
Il n’est donc pas rare d’acheter sa montre dans un pays étranger et de revenir chez soi sans penser à déclarer cet achat aux douanes ou encore à l’administration fiscale.

La garantie :

Le principal aspect juridique de l’entrée et la sortie du territoire national d’objets d’horlogerie résident dans la mise en œuvre potentielle de la garantie. En effet, les garanties attachées à l’achat d’un objet, a fortiori une montre, sont de deux ordres : les garanties légales (par exemple, en France, la garantie des vices cachés) et les garanties contractuelles. Les garanties légales ne peuvent être mises en œuvre uniquement dans le pays dans lequel l’objet a été acquis. Ainsi, si un amateur achète une montre en Suisse, il ne pourra mettre en œuvre la garantie des vices cachés (qui existe en droit helvétique) qu’en Suisse, devant un tribunal suisse avec un avocat suisse.

Sorties de territoire :

La France a mis en place un système de protection de son patrimoine culturel, notamment en contrôlant les sorties des objets d’art, de collection et d’antiquité. Cette réglementation est applicable pour les biens situés en France. Ainsi, à partir du moment où un résident français a introduit en France un tel objet, la réglementation s’applique.
Bien que la France ne soit pas le pays le plus réputé en termes d’horlogerie, elle a toutefois inséré dans la liste des « objets d’art » certains biens d’horlogerie. En effet, le règlement du 9 décembre 1992 et le décret du 29 janvier 1993 ont précisé qu’entrent dans le champ d’application de la réglementation les biens d’horlogerie de plus de 50 ans et d’une valeur unitaire supérieure à 50.000 euros. Donc, toute personne qui a hérité d’une montre valant plus de 50.000 euros et datant de plus de 50 ans, possède un « bien culturel ».

En matière douanière, les conséquences de l’entrée ou la sortie du territoire national d’un bien culturel sont les suivantes :

  • Autorisation : La sortie du territoire est subordonnée à la délivrance d’une autorisation de sortie délivrée par le ministère de la Culture et à la présentation de l’autorisation en cas de demande formulée par le service des douanes. Cette autorisation peut être pour une sortie définitive ou une sortie temporaire avec obligation de retour en France.
  • Certificat / Licence : De plus, la sortie du territoire doit également s’accompagner d’une délivrance d’un certificat :
    • Pour circuler dans l’Union européenne avec un bien culturel, le ministère de la Culture et de la Communication procède à la délivrance d’un certificat sur demande.
    • Pour quitter l’Union européenne, il convient de solliciter au ministère de la Culture et de la Communication la délivrance d’un certificat (pour quitter la France) et d’une licence communautaire (pour quitter l’Union européenne). Ces demandes s’effectuent généralement par le biais d’un avocat ou d’un commissionnaire en douane spécialisé.

En d’autres termes, lorsqu’on a au poignet une montre qualifiée de bien culturel, il est plus simple de la laisser à la maison lorsqu’on voyage !

TVA :

Si une personne achète un objet dans un pays étranger elle peut présenter son passeport et payer en hors taxe (duty free). Dans ce cas, il faut remplir plusieurs formulaires et soit se faire rembourser par l’État en question, soit ne pas payer la TVA (ce qui est rare).
En toutes hypothèses (que l’on ait payé ou non la TVA dans ce pays), les douanes françaises sont en droit d’exiger, à la frontière ou l’aéroport, le paiement de la TVA française. Il appartient à l’assujetti (à la personne ayant acheté la montre) de  déclarer son achat à la douane.
Toute violation de cette obligation peut entrainer des lourdes amendes douanières et parfois (mais rarement) des poursuites.

L’ISF :

Il porte sur l’ensemble des biens, droits et valeurs qui, au 1er janvier de l’année d’imposition, compose le patrimoine du redevable, y sont inclut les objets d’horlogerie. Ainsi, une montre de valeur doit être déclarée dans la déclaration ISF. En conséquence, l’achat en Suisse d’une montre de valeur doit être déclaré à l’administration fiscale l’année suivante, au titre de l’ISF.

Toutefois, il est de notoriété publique que les objets d’antiquité, d’art ou de collection ne doivent pas être compris dans les bases d’imposition à l’ISF (article 885 I du CGI). Une instruction fiscale du 5 décembre 2008 est venue (re)préciser ce qu’il convient de comprendre dans la définition de « objets d’antiquité, d’art ou de collection ». A ce titre, le point n°1 de l’instruction souligne que « le champ de cette exonération est en pratique défini par référence aux rubriques du tarif douanier applicables en cas d’exportation (tarif extérieur commun) ».
Pour ce qui concerne l’horlogerie, ce point est nouveau dans la mesure où l’ancienne instruction fiscale du 1er octobre 1999 n’incluait dans son champ d’application que les « articles d’horlogerie » de plus de 100 ans.

> En conséquence, tout objet d’horlogerie, même acheté à l’étranger, devra être déclaré à l’administration fiscale au titre de l’ISF, mais n’y sera pas imposé pour ce qui concerne les biens de plus de 50.000 euros et de plus de 50 ans.

Conclusion :

Une alternative aux placements financiers traditionnels souvent peu attractifs et/ou trop risqués : la possibilité de rendement supérieur à celui d’un investissement en actions ou obligations pour un risque amoindri.

L’intérêt du public pour les montres « de collection » croît sans cesse pour plusieurs raisons. Leur rareté et l’exclusivité tout d’abord. Le fait qu’une ancienne montre fonctionne aussi bien (voir parfois mieux !) qu’une montre moderne. Enfin, les pièces de choix représentent une véritable « valeur refuge » permettant aux investisseurs de joindre l’utile à l’agréable.

L’émergence d’une nouvelle demande étrangère soutenue.

Une diversification de votre portefeuille d’investissement.

Un investissement concret, un patrimoine : les montres  se comparent aux vins, aux diamants, aux antiquités ou encore aux œuvres d’art

Une acquisition à la valeur sentimentale

Véhicule d’investissement innovant

De manière générale, les collectionneurs réfléchissent beaucoup en termes de cote/revente/investissement. S’il est clair que cette passion peut être onéreuse, il y a tout à fait moyen de se faire plaisir sans perdre d’argent, voire même en en gagnant compte tenu du marché très porteur. Toutefois, il ne faut pas perdre de vue que le but premier est d’assouvir ses fantasmes horlogers et que la décision finale doit être celle des « tripes » et non du calcul savant.

Une réflexion sur “La montre de collection

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s